Il est urgent d’accroître les effectifs de Pôle emploi, réclame la CFTC

Pôle emploi n’a pas réduit ses effectifs en 2020, heureusement. L’établissement a pu, durant la crise sanitaire, faire face à ses missions. Pour la suite, cela risque d’être une autre histoire. La direction a engagé en début d’année une opération d’ajustement qui va contraindre certaines régions à « rendre » des postes. Ironie du sort, cela concerne les territoires plus touchés par la crise sanitaire : Bourgogne-Franche-Comté, Île-de-France, Hauts-de-France, Grand Est et Normandie, observe le syndicat CFTC de Pôle emploi.

 

Dans ces territoires, mais partout ailleurs, le nombre de nouveaux demandeurs d’emploi à inscrire et indemniser va augmenter, fortement. Dans ce domaine aussi, la stratégie du service public de l’emploi est mise à mal. « Depuis plusieurs années, les conseillers indemnisation ont été incités à changer de filière au profit de la recherche d’emploi. Nous manquons donc d’effectifs sur la gestion des droits et il faut du temps pour former un expert dans ce domaine », témoigne un élu CFTC . Le recours aux heures supplémentaires ou le rappel des retraités récents ne sont que des palliatifs à court terme. Il faut embaucher et former dès à présent, pour avoir du personnel opérationnel en 2021.

 

Le syndicaliste précise : « de nombreuses entreprises vont solliciter nos services et il faudra jouer un rôle social par une écoute attentive et un contact régulier avec les demandeurs d’emploi ». En un mot comme en mille, il est urgent de recruter. «  Il faut se préparer maintenant à la crise économique qui s’annonce et ne pas attendre, comme ce fut le cas pour l’hôpital, d’être dos au mur pour se poser la question du dimensionnement ».