Impôt à la source : pour le Medef, ce n’est ni la priorité, ni le moment

Le mouvement patronal déplore que le gouvernement dévoile son projet de prélèvement de l’impôt à la source « sans avoir véritablement consulté au préalable les entreprises ». Pour le Medef, « il s’agirait d’un changement profond et majeur des missions confiées aux entreprises ». Sa hantise : voir les impôts augmenter avec le prélèvement à la source. Ce qui  susciterait des demandes d’augmentation. « Le chef d’entreprise devra l’expliquer à ses salariés qui verront leur salaire net baisser », considère l’organisation. Elle veut des engagements fermes sur la sécurité juridique de l’opération et sur la confidentialité des informations transmises au fisc. En outre,  le coût devra rester neutre.

 

Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué, s’emporte contre le timing : « ce n’est vraiment pas le moment de charger les entrepreneurs de nouvelles contraintes. Sous couvert de simplifier, on transfère une mission aux entreprises qui devraient ainsi assumer une mission régalienne de l’État. ».