Intérim : forte baisse d’activité, constate le baromètre Prism’emploi

En mai, le travail temporaire a plongé de 47,4 % par rapport à la même période de l’année dernière, constate le baromètre Prism’emploi. Toutefois, note l’organisation, « d’une façon générale, les écarts entre secteurs et qualifications tendent, ce mois-ci, à s’aplanir. »

 

Le secteur le plus touché reste le BTP qui chute de 61,1 %. Mais c’est également dans cette filière que le redressement en sorte de crise est le plus notable (+ 23 points par rapport à la tendance d’avril). L’industrie (-47,8 %) et les services (-53,8 %) connaissent des évolutions comparables avec une perte d’activité de moitié sur un an, tout en connaissant un redressement de 4 points par rapport au mois précédent. Le commerce (-43,8 %) et les transports (-25,6 %) enregistrent une évolution plus favorable que la moyenne avec une correction d’environ +10 points par rapport à avril.

 

Dans ce contexte, l’intérim ouvrier décline de -48,6 %, les ouvriers qualifiés (-49,1 %) et non qualifiés (-48,1 %) se situant sur une tendance comparable. Dans le même ordre de grandeur, les intérimaires occupant des postes d’employés baissent de 49,1 %.

L’intérim des cadres et professions intermédiaires souffre un peu moins, avec une diminution des effectifs de 38,3 %.

 

Prism’emploi souligne que « ces chiffres doivent être interprétés avec prudence, car l’activité partielle vient troubler la bonne compréhension des données  brutes. De même, les tendances de mai, habituellement perturbées par le calendrier des jours fériés, sont traditionnellement difficiles à interpréter ».