Intermittents : la CFDT aussi tient au caractère interprofessionnel de l’assurance chômage

La CFDT, comme le Medef, tient au caractère interprofessionnel de l’assurance chômage. Mais la confédération insiste sur la responsabilisation des employeurs du secteur culturel et met en garde contre le risque d’une flexibilité à outrance

 

Pour la CFDT, « la vocation de l’assurance chômage est de sécuriser les parcours professionnels des salariés privés d’emploi par l’indemnisation, l’accompagnement et la formation. La solidarité interprofessionnelle des salariés à l’égard des demandeurs d’emploi en est le fondement ».

 

Une analyse qui se rapproche de celle du Medef et contrarie le plan de Manuel Valls. « Les partenaires sociaux ont toujours su prendre en compte des spécificités professionnelles préservant la solidarité et l’équité entre demandeurs d’emploi », ajoute un communiqué de la confédération.

Toutefois, les cédétistes insistent sur « la responsabilisation des employeurs du secteur », une pierre dans le jardin du Medef. « Les annonces du premier ministre nous préoccupent », disent les cédétistes. En sanctuarisant un régime particulier

et en permettant aux acteurs d’un secteur professionnel de faire ses propres règles en marge des négociations interprofessionnelles, elle crée un précédent qui porte atteinte au principe fondamental de solidarité interprofessionnelle du régime d’assurance chômage, au risque d’accroître la flexibilité du travail et les inégalités, au détriment des salariés les plus vulnérables ».

 

Bref, pour la confédération de Laurent Berger, le plan Valls n’apporte pas de réponse aux besoins de sécurisation des parcours des salariés concernés. A l’inverse, il donne des gages aux entreprises de ce secteur professionnel sans aucune contrepartie en termes de lutte contre la précarité et de diminution de la pauvreté des salariés

 

« La CFDT veillera dans les négociations sur l’assurance chômage à partir de 2016, à

ce que soient préservés les principes qui fondent l’assurance chômage : la sécurisation des parcours de tous, l’équité entre demandeurs d’emploi et la solidarité interprofessionnelle », conclut le communiqué.