Intimidation et harcèlement en milieu professionnel : la France neuvième sur 14 pays passés au crible par Kantar

Kantar, acteur mondial dans le domaine des données des insights et du conseil, lance ce 17 septembre le premier indicateur  mondial d’inclusion et de diversité. Il exclusivement fondé sur les  perceptions des salariés. L’Indice d’Inclusion Kantar a été établi en interrogeant 18 000 salariés dans 14 pays, dans 24 secteurs d’activité. « C’est un outil d’analyse comparative et de gestion du changement pour aider les entreprises à ne plus considérer la thématique de “l’inclusion et la diversité , explique-t-on chez Kantar.

Pour cette première édition, le Canada se classe en tête, au profit d’une bonne représentation des deux sexes aux échelons supérieurs de la hiérarchie des organisations (plus de 40 % de femmes). Les salariés sont 65 % à estimer que leurs entreprises s’efforcent de progresser en matière de diversité et d’intégration, tout en soutenant les employés,  indépendamment de leur identité. Les États-Unis arrivent en deuxième position, avec  63 % de travailleurs jugeant positive la politique de leur employeur dans ce domaine. Néanmoins, 20 % des Canadiens et 17 % des Américains disent avoir été ‘intimidés’, autrement dit, avoir été victimes de harcèlement, de diffamation ou persécution) au cours de l’année écoulée.

 

La France se classe au 9e rang sur 14 pays. 53 % des salariés français trouvent que leurs entreprises s’efforcent activement de s’améliorer en matière de diversité et d’intégration et 54 % estiment que leurs entreprises soutiennent leurs employés indépendamment de leur identité.

 

Chez nous, 12 % des employés (46 % dans le monde) pensent que ce sont les relations, plutôt que les compétences, qui favorisent l’évolution de carrière. De plus, 36 % des salariés français pensent que les meilleures opportunités ne vont pas aux employés les plus méritants de leur entreprise.

 

De même, 27 % des salariés français estiment avoir été injustement interrompus ou ne pas avoir été écoutés dans les réunions, au sein de leur entreprise, au cours des 12 derniers mois. 28 % se sont sentis sous-estimés par rapport à un collègue ayant les mêmes compétences. 24 % des actifs français estiment que le critère de l’âge peut injustement limiter ou augmenter leurs chances d’obtenir un poste ; 10 % des salariés ayant souffert de discrimination quant à leur âge.

 

Le document indique aussi que 80 % des salariés dans le monde ont été témoins ou victimes de discrimination, contre 36 % en France. Dans l’Hexagone comme dans le reste du monde, seule personne agressée sur trois s’est senti encouragé à signaler le problème à son service de RH.

 

Par ailleurs, l’indice mondial établit un classement parmi dix secteurs. À ce palmarès, c’est l’industrie pharmaceutique et médicale qui apparaît comme le secteur le plus progressiste. La représentation paritaire aux échelons supérieurs de la hiérarchie est respectée et 59 % des employés estiment que leurs entreprises s’efforcent activement de s’améliorer en matière de diversité et d’intégration, tandis que 65 % pensent qu’elles soutiennent les employés indépendamment de leur identité. Cependant, près d’un employé sur cinq (19 %) déclare avoir subi du harcèlement au cours de l’année écoulée. Près d’une personne sur trois (32 %) dans le monde travaillant dans le secteur des médias (y compris l’audiovisuel) déclare avoir personnellement été victime d’intimidation sur son lieu de travail.