La CFDT, la CFTC, l’Unsa et la Fage veulent davantage de reconnaissance pour les métiers essentiels

Les trois organisations syndicales, rejointes par la Fédération des associations générales étudiantes (Fage), prennent ensemble la défense des métiers essentiels. Pas seulement ceux de la santé applaudie tous les soirs, mais les nombreux autres, non moins exposés et tout aussi mal reconnus. Leur reconnaissance est le thème central de leur 1er mai commun, virtuel puisqu’il n’y aura ni rassemblement, ni défilé.

 

La CFDT, la CFTC, l’Unsa et la Fage listent l’agroalimentaire, incluant le monde agricole et la chaîne logistique ainsi que la distribution, le transport, y compris les ambulanciers, les routiers, les conducteurs de bus ou le convoyeur de fonds. « Nous mesurons aujourd’hui à quel point ces travailleurs sont indispensables à notre bien-vivre ensemble ». Les livreurs « ubérisés » ne sont oubliés, pas plus que les professionnels du ménage et du gardiennage.

 

La longue liste ne s’arrête pas là, elle comprend aussi les travailleurs sociaux , les pompiers, policiers, éboueurs, éducateurs, ainsi que les salariés des secteurs de l’eau, de l’énergie, des télécoms, des services de paie et prestations sociales.