La CFDT s’indigne du « salaire de la peur » dans l’agroalimentaire

C’est légal, mais est-il moral, dans le contexte actuel, de faire le tri entre les salariés qui viennent travailler et leurs collègues contaminés, présentant des fragilités, aidants familiaux ou empêchés pour différentes raisons ? La fédération CFDT de l’agroalimentaire (FGA) s’indigne de l’attitude des employeurs de la branche qui réservent le bénéfice de la prime de 1000€ à « ceux qui travaillent ».

 

Pour le syndicat, « ceci est inacceptable et très dangereux. Même s’il est tout à fait normal d’être reconnaissant envers tous les salariés de l’agroalimentaire, le versement de cette prime éventuelle doit se faire sans conditions et sans différentiation entre les salariés. Ce ne doit en aucun cas être le  salaire de la peur ». La FGA souligne que les filières concernées pratiquent des  salaires « souvent très bas ».