La CFTC réclame un Grenelle du numérique

La  CFTC réclame un Grenelle du numérique pour faire phosphorer tous les acteurs de la vie publique et économique sur un nouveau modèle social prenant en compte les évolutions et les spécificités que cela entraine.

 Pour la confédération présidée par Philippe Louis (photo), l’« Etat plateforme » au service d’une « start-up Nation » invoqué par le président de la république et l’investissement de 10 Mds€ annoncé doit aller de paire avec une «hyperinnovation sociale». Laquelle doit se traduire par de nouveaux droits attachés aux travailleurs d’un nouveau genre qui émergent de la sphère digitale. Il faut, dixit la CFTC, « protéger les individus, en les formant, en les accompagnant vers ces changements brutaux. Sans cette protection, la « plateformisation » de l’économie et de l’État peut mener à des dérives sociales, à un appauvrissement des travailleurs, et à la fin du modèle social français ».

 

Pour en débattre, Philippe Louis, appelle l’État à organiser d’urgence un Grenelle du numérique qu’il décrit comme « un débat croisé entre usagers, entreprises, pouvoirs publics, associations et organisations syndicales que naîtra le nouveau contrat social de demain ».