La crise du covid aurait stimulé l’envie d’indépendance des salariés, selon ADP

 Depuis la pandémie, les salariés sont plus enclins à considérer la possibilité de travailler en tant qu’indépendant. C’est ce que révèle une étude d’ADP, menée auprès de 32 000 salariés dans 17 pays dont la France.

En France en particulier, trois personnes sur cinq (60 %) ont changé ou prévoient de changer leur mode de vie. La proportion atteint même les 75 % dans la tranche des 18-24 ans. D’un point de vue régional, le désir changement qui est également plus marqué parmi les employés franciliens (69 %) que chez ceux leurs homologues du Sud-Ouest (53 %). Par secteur d’activité, les trois quarts des salariés des médias (85 %), de l’immobilier (75 %) et de la finance (73 %) ainsi que chez les travailleurs indépendants (70 %) manifestent mieux que les autres leur envie de changement.

 

Les intéressés seraient prêts à se lancer comme freelance Ainsi, 29 % des prospects étudient sérieusement les possibilités de travail en tant qu’indépendant depuis l’émergence de la pandémie du Covid-19. Le ratio  grimpe à 37 % chez les 18-34 ans. Par ailleurs, les salariés du secteur de l’informatique et des télécommunications (52 %), et du secteur du BTP et de la Construction (40 %)sont plus tentés.

 

Les principales raisons de cet attrait ? Les travailleurs pensent que de nouvelles opportunités s’offrent à eux (26 % l’affirment) ; leurs priorités ou leurs besoins personnels ont changé (26 %) ; Certains estiment avoir acquis de nouvelles compétences qu’ils pourraient mettre à profit en étant freelance (20 %).

 

Mais entre l’envie et le passage à l’action, il y a un pas. En dépit de cet intérêt accru, s’ils avaient le choix entre un poste de salarié et un statut d’indépendant offrant les mêmes conditions de travail, la grande majorité des actifs (87 %) opteraient encore pour le premier, sans doute parce qu’il est gage d’une plus grande stabilité.

 

 

 

La recherche d’alternatives au statut de salarié était déjà en plein essor avant la pandémie, et l’arrivée de la covid-19 a favorisé une nouvelle réflexion sur les avantages et les inconvénients que représente le statut d’indépendant, notamment la flexibilité qu’il permet et qui est souvent en adéquation avec la recherche d’un meilleur équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle, note ADP. Cette évolution représente un défi pour les directions RH: statut, rémunérations, gestion des espaces de travail et plus généralement la cohésion des équipes. Tout cela en veillant la performance.