La FSU signataire de l’accord sur l’égalité professionnelle femmes hommes dans la fonction publique

Après l’Unsa, la FSU se déclare signataire de l’accord sur l’égalité professionnelle dans la fonction publique. Tout en regrettant « des insuffisances », des risques de dérapage liés aux nouveaux dispositifs tels que l’annualisation du temps partiel, et le rôle flou du fonds pour l’égalité professionnelle », l’organisation dirigée par Bernadette Groison (photo) avalise le texte.

 

Elle reconnaît que le texte prend en compte un certain nombre de ses propres revendications. La FSU cite notamment    L’obligation de résultat assortie de sanctions ;  la mise en œuvre de plans d’action obligatoires avec des objectifs chiffrés et un rapport annuel de situation comparée ; l’intégration de la lutte contre le harcèlement moral et sexuel, ou encore la suppression de la journée de carence pour les femmes en arrêt maladie lors de leur grossesse.

 

« Les mesures proposées devraient apporter une amélioration de la situation en posant quelques principes forts : des plans d’action obligatoires, la suppression des écarts de rémunération et des déroulements de carrière sur la base du principe « d’un salaire égal pour un travail de valeur égale », l’accompagnement de la parentalité, la prévention et la lutte contre les violences sexuelles et sexistes », conclut la FSU.