La haute fonction publique accélère la mixité

La ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes Marisol Touraine, et ses homologue Marylise (Fonction publique), et Pascale Boistard (secrétaire d’Etat aux Droits des femmes), présentent le premier bilan de l’application du dispositif des nominations équilibrées dans les emplois supérieurs et dirigeants de la fonction publique.

Ce bilan concerne les nouvelles nominations, c’est-à-dire hors renouvellement sur un même emploi ou nomination sur un même type d’emploi, des cadres supérieurs et dirigeants des trois versants de la fonction publique.

Le principal enseignement est qu’en 2013, sur les 886 cadres supérieurs nouvellement nommés dans des emplois de l’encadrement supérieur et dirigeant dans l’ensemble de la fonction publique, 33 % étaient des femmes, dépassant l’objectif de 20 % fixé par la loi du 13 juillet 1983 modifiée en 2012.

Un rapport détaille ces nouvelles nominations selon les versants de la fonction publique. Dans la fonction publique d’Etat : 33 % de femmes ont été nommées ; dans la fonction publique territoriale,  la ratio est de 20% dans les régions contre 29% de femmes nommées dans les communes, et 34% de femmes nommées dans les départements. Pour la fonction publique hospitalière ; le taux de mixité atteint 28% .Pour Marisol Touraine, « l’accès des femmes aux postes à responsabilité est une exigence de justice et d’égalité. C’est une priorité de notre politique d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes, qui porte progressivement ses fruits. » De on côté, Marylise Lebranchu voit dans ce bon bilan « le résultat de la mobilisation du Gouvernement dans la lutte contre le plafond de verre qui limite l’accès des femmes aux postes à haute responsabilité ». Enfin, Pascale Boistard rappelle « la détermination du gouvernement à faire avancer la présence des femmes à toutes les responsabilité. Appliquer dans la fonction publique ce que nous demandons au secteur privé est essentiel pour l’exemplarité de notre démarche. »

Pour aller plus loin sur ce thème, lisez dans le numéro 1854 de Gestion sociale (30 octobre 2014) notre document sur les mesures fortes que prépare le gouvernement pour la période 2015-2017.