La ministre du Travail place son action sous le signe du pragmatisme

La ministre du Travail l’a dit avec force, ce 6 juin : pour mener les réformes sociales, « le pragmatisme et l’obsession du terrain et du réel seront mes maîtres mots ». L’ex-DRH de Danone la joue modeste : « Nous ne prétendons pas tout connaître d’avance, et donc nous allons beaucoup écouter, peser les choses, tenter de convaincre, et aussi être convaincus par des positions qui seront défendues devant nous ». Et le calendrier sera serré : au moins six réunions de travail d’ici à la fin du mois de juillet avec chaque organisation syndicale et patronale. S’y ajouteront les réunions avec les organisations syndicales non représentatives et les organisations patronales multiprofessionnelles. Ce n’est pas tout : fin août, des concertations auront lieu avec toutes les organisations compétentes pour clore les discussions.

 

Mais la main tendue reste ferme, l’objectif est inflexible : réforme du droit du travail, simplifier le dialogue économique et social, sécuriser les relations de travail, tant pour le salarié que pour l’employeur.