La première étude prospective sur l’insertion des travailleurs ayant un handicap

Pour la première fois en France, une étude prospective intègre la question de l’emploi des personnes handicapées. Intitulée « Travail Handicap et entreprise 2025 », elle a été réalisée à l’initiative d’un pool de grands groupes (Orange, ADP, Société générale, BPCE, Malakoff Médéric, SNCF, Sage), et deux associations (L’Adapt, Agefiph), auxquels s’est joint le Conservatoire national des arts et métiers. La démarche vise à doter les entreprises et les autres acteurs de moyens d’anticipation. Elle a aussi l’ambition de mettre à la portée des syndicats, associations, régions, et acteurs publics, des clés pour mieux agir.

 

L’objectif de 6% de travailleurs handicapés dans les établissements de plus de 20 salariés fixé par les lois de 1987 et de 2005 n’ayant pas été atteint, le document formule des recommandations pour accélérer le processus. Ses auteurs proposent de faire le lien entre emplois de travailleurs en situation de handicap et GPEC. Ils suggèrent d’élargir l’offre de conseil pour le recrutement aux PME et d’instituer des incitations pour l’embauche de personnel de cette catégorie. Il est aussi recommandé d’intégrer systématiquement ce thème dans tous les accords sociaux. Sur un autre plan, l’étude préconise l’identification précoce des employés en difficulté, l’insertion cet item dans les actions de qualité de vie au travail, et une collaboration renforcée entre responsables RH, experts du vieillissement et spécialistes du handicap. Le document préconise aussi des efforts supplémentaires en matière de formation, un partenariat accru avec le secteur protégé allant au-delà des simples obligations légales, ainsi que la diffusion et la mutualisation des bonnes pratiques. Sans que tout cela coûte forcément plus cher, l’une des propositions étant d’« optimiser le rapport coût-service rendu ».