La région Ile-de-France dévoile un ambitieux plan de croissance de l’emploi

À l’issue de la conférence sur la croissance, l’emploi et  l’innovation sociale et environnementale en Ile-de-France réunie ce 21 mars,  la présidente du Conseil régional, Valérie Pécresse, a annoncé un ambitieux plan de formation et d’aide au retour à l’emploi. Ce projet prévoit de tripler l’offre et de s’appuyer sur Pôle emploi.

 

L’île-de-France va tripler son effort de financement de la formation pour le porter à 36 M€, ce qui permettra  6 000 formations collectives au lieu de 2 000 précédemment. « Nous ne pouvons pas nous résigner à voir dizaines de milliers emplois non pourvus faute de personnels qualifiés, 100000 recrutements jugés difficiles par les entreprises alors que dans le même temps, 700000 demandeurs d’emploi ne se voient pas proposer de formations adaptées aux besoins », estime Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional.

 

Sa démarche associera étroitement Pôle emploi. Le service public promet que chaque demandeur d’emploi aura un rendez- vous avec un conseiller dans le mois qui suit son inscription. Aujourd’hui, il faut en moyenne quatre mois à un chômeur pour être reçu. Et si un demandeur d’emploi est orienté vers une formation, il ne doit pas s’écouler plus d’un mois entre cette décision et l’entrée en formation. Pôle Emploi sera également partie prenante au plan de relance de l’apprentissage, en particulier pour répondre aux métiers en pénurie. L’organisme nommera un référent par centre de formation d’apprentis (CFA). Il organisera des présentations de formations aux jeunes chômeurs inscrits, tout en faisant connaître ses offres d’emploi auprès des établissements de formation. Inversement, les développeurs de l’apprentissage viendront tenir des permanences dans les agences.

 

Ces mesures s’articulent avec celles concernant la croissance des TPE-PME. Sur ce plan, l’outil phare de la région, PM’up qui a déjà été utilisé par 1130 entreprises depuis sa création en 2008, sera vitaminé et son budget augmenté de 8 % cette année, à 28 M€. En outre, il sera institué une «garantie région » pour déverrouiller l’accès au micro crédit des entrepreneurs. La région va également accroître sa participation au Fonds régional de garantie (FRG), géré par BPI France. « En Ile-de-France, un euro de dotation régionale a permis de couvrir 7,6 € de risque et à l’entreprise d’obtenir un prêt bancaire de 30,4 €. Ce mécanisme a permis en 2015 de garantir 400 M€ de prêts, avec une dotation régionale de 13 M€ », précise-t-on.