La SNCF n’a plus le monopole de formation des conducteurs de train

Une page se tourne dans l’histoire des cheminots. Alors que libéralisation du secteur est en marche, la SNCF vient de perdre son monopole en matière de formation des conducteurs de train. Le CIFFCO (Centre International de formation ferroviaire de la Côte d’Opale) créé par Groupe Eurotunnel a obtenu l’inscription de la formation « Conducteur de train » au Répertoire national des certifications professionnelles.

« La reconnaissance par l’Etat de cette fonction en plein essor correspond à la valorisation d’un métier utile et exigeant, au cœur de l’emploi des jeunes et faisant appel à de nombreuses compétences : autonomie, respect des règles de circulation et des procédures de sécurité, qualifications en mécanique, information des clients », se réjouit Eurotunnel.

 

L’enregistrement de cette certification permettra la délivrance d’un titre professionnel national, notamment dans le cadre de l’alternance (contrats de professionnalisation, apprentissage, etc). Les stagiaires du CIFFCO parmi lesquels des jeunes, mais aussi des personnes ayant déjà une expérience professionnelle, sont assurés d’un emploi en fin de parcours. A condition bien sûr d’avoir décroché leur qualification. Le métier est en plein essor. Les opérateurs ferroviaires en recrutent plusieurs centaines par an, pour un salaire de départ d’environ 2000€ net mensuel

Europorte, filiale de fret ferroviaire de Groupe Eurotunnel, issu de l’acquisition de Veolia Cargo, a créé plus de 1000 emplois depuis son origine. Normal, elle affiche une croissance de 144% sur trois ans, et fait circuler 250 trains par semaine sur le réseau national. « Le CIFFCO est doté de formateurs de qualité et d’équipements à la pointe de la technologie, il est prêt à répondre à la demande grandissante de formations dans le ferroviaire. Nous sommes très fiers de cette reconnaissance, aboutissement d’un travail minutieux dans le cadre d’une stratégie de développement pour un fret ferroviaire pérenne en croissance», assure Xavier Moulins, DRH de Groupe Eurotunnel. Pour preuve, la SNCF elle-même y envoie désormais certains de ses propres agents.