La trêve estivale est aussi une source de stress pour certains salariés

La perspective de partir en vacances n’enchante pas forcément tout le monde. Près de la moitié des salariés sont sur stressés pendant la période qui précède le départ. Ils le seront davantage au retour.  Certains de ces angoissés de la trêve en viennent à se demander si le break en vaut la peine.

Selon une enquête du cabinet de services RH Securex, 48 % des salariés trouvent les jours qui précèdent la trêve estivale si stressants qu’ils se demandent si cela vaut vraiment la peine de prendre ce congé. 67 % affirment devoir travailler plus dur avant et après, même si l’entreprise prévoit un remplacement ou un soutien. La situation est plus difficile pour ceux qui ne peuvent même pas compter sur du renfort. Ils sont 81%à douter du bienfait supposé de la coupure.

 

Les entreprises ne semblent pas prendre la mesure du phénomène, se souciant d’abord de la masse salariale. Pourtant,   assure  Hermina Van Coillie, HR Research Expert chez Securex , « l’organisation d’une permanence pendant les périodes de vacances peut aider. Le simple fait de veiller à ce qu’une personne : collègue ou réponde au téléphone s’avère fort utile. »

 

Les médecins sont catégoriques : rien ne doit empêcher le travailleur de profiter de la pause. « Après avoir fourni un effort , subi une tension mentale ou physique liée ou non au travail, tout le monde a besoin de récupérer », souligne Philippe Kiss, médecin du travail au sein du cabinet.  « Reporter continuellement cette récupération, conduit à des problèmes psychiques tels que la dépression et le burn-out. »