LafargeHolcim supprime les petits chefs, les fonctions support trinquent

Le cimentier LafargeHolcim va ajuster ses fonctions centrales, après avoir achevé l’intégration des deux entités Lafarge et Holcim qui ont récemment fusionné. Les changements se traduiront par la simplification des structures corporate et « l’adaptation de l’organisation du support afin de répondre plus rapidement et plus efficacement aux nouveaux enjeux du marché ». Résultat, environ 250 postes vont être supprimés dans les fonctions centrales d’ici fin 2017, dont 80 L’Isle-d’Abeau (’38) et 130 à Holderbank en Suisse,

 

Ces changements sont soumis aux procédures d’information-consultation réglementaires dans chaque pays et LafargeHolcim a présenté le projet de nouvelle organisation aux instances représentatives du personnel dans les implantations concernées par le projet. Le groupe affirme qu’il « s’efforcera de minimiser l’impact de ces mesures pour les salariés et proposera des mesures d’accompagnement sur tous les sites ».

 

Depuis l’annonce en mai 2015 de la fusion entre le Suisse Holcim et le Français Lafarge, il s’agit de la troisième vague de suppressions de postes, regrette Philippe Springinsfeld, coordinateurs CFTC. Entre juin 2015 et fin mai 2016, les effectifs en France sont passés de 5.900 personnes à 5.165, soit une baisse de 12,5 %, selon les calculs du syndicat. LafargeHolcimest présent dans 90 pays. Ses activités concernent le ciment, maus aussi les granulats et le béton. Le groupe emploie 100 000.