L’apprentissage résiste bien à la crise (étude France Compétences)

L’apprentissage résiste à la crise. Trois CFA sur quatre ont augmenté leur nombre d’apprentis par rapport à 2019, d’après une étude de France Compétences.

France compétences a interrogé environ 600 centres de formation d’apprentis (CFA) en octobre dernier.  L’objectif est d’analyser l’impact du nouveau mode de financement du coût contrat introduit par la loi Avenir professionnel. Résultat : huit sur dix y voient des avantages. Ceux-là estiment qu’ils bénéficient d’une meilleure prévisibilité des recettes, d’une harmonisation des financements entre CFA et d’une augmentation des ressources.

 

En revanche, 95 % des centres de formation d’apprentis rencontrent certaines difficultés en matière de gestion administrative. Ils trouvent aussi le délai entre la facturation et l’encaissement des contributions des opérateurs de compétences (Opco) plus long.

 

Malgré cela, trois CFA sur quatre prévoient une augmentation de leurs effectifs fin 2020. C’est particulièrement vrai des centres qui relèvent de l’enseignement supérieur. Cette hausse est attribuée à la fois aux nouvelles dispositions de la loi Avenir professionnel et au plan de relance de l’apprentissage.

 

On note également une situation financière stable fin 2020 : 46 % des CFA estiment être à l’équilibre et 22 % en excédent budgétaire contre 19 % en déficit. Ils sont 65 % à déclarer une augmentation de leurs dépenses sur les charges du personnel en 2020.