L’après-Covid : les salariés prêts à des sacrifices pour sauver leur emploi

Les Français sont impatients de retrouver leurs locaux professionnels et leurs collègues. Inquiets face à l’avenir, ils sont prêts à faire des sacrifices pour sauver leur emploi et pour aider l’entreprise. Mais pas dans n’importe quelles conditions.  Ce sont les enseignements du sondage effectué cette semaine par le cabinet de communication Henoch Consulting et publié ce 17 avril.

 

Après plusieurs semaines de confinement, les travailleurs ont des fourmis dans les jambes. 84 % d’entre eux se disent impatients de retrouver leur environnement professionnel habituel (locaux, collègues et chefs). À condition toutefois, que les mesures de protection appropriées soient prises par l’employeur. Les salariés sont prêts à des sacrifices afin d’aider l’entreprise et accessoirement de sauver leur emploi, dans le contexte très difficile qui s’annonce. Sept sur dix affirment qu’ils renonceraient aux vacances d’été , une proportion à peine moindre tirerait un trait sur des jours de RTT. Preuve que la peur de perdre son job prédomine: 65 % des quelque 1250 actifs de 20 à 55 ans (65 % de cadres, 35 % de non-cadres, 40 % moins de 35 ans, 60 % plus de 35 ans) interrogés n’hésiteraient baisser temporairement leur salaire ou leurs primes pour aider votre entreprise à surmonter la crise.

 

Un tiers du panel tremble pour son job. Les priorités du moment devraient être, pour une majorité de répondants, et par ordre d’importance : la préservation des emplois pour (78 %), la reconstitution des équipes (61 %) et la poursuite des embauches (55 %). La plupart des prospects pensent que leur entreprise va redémarrer « comme avant », mais ils souhaitent que les dirigeants tirent la leçon du dramatique épisode Covid-19. Notamment en modifiant l’organisation du travail et en ayant une vision claire de l’avenir.