Le cas zéro, haletant thriller en milieu hospitalier, prix du roman d’entreprise

Pour la dixième édition du Prix du roman d’entreprise décerné le 4 avril,  Sarah Barukh a  eu la préférence du jury composé de leaders syndicaux,  chefs de file patronaux et de journalistes. Son thriller énigmatiquement  intitulé Le  cas zéro (Albin Michel), a pour cadre un établissement hospitalier  en prise avec un nouveau virus au comportement inédit. Le docteur Laurent Valensi est démuni face au cas du patient Ali Benyoussef. Il ne sait pas  comment le soigner.  Il a peur d’être contaminé, la hiérarchie ne l’aide pas. Défaillante, elle s’abrite derrière des instructions contradictoires, sans rien décider.  Ce haletant récit est le deuxième opus de Sarah Barukh qui a précédemment signé    Elle voulait juste marcher tout droit.

Le cas zéro était en concurrence avec 11 autres titres dont Janvier, de Julien Bouissoux,  l’histoire d’un salarié  oublié dans un placard lors d’une restructuration ; Le cœur blanc de Catherine Poulain qui décrit la dure vie des saisonniers ; La chair des vivants, centré sur les relations interpersonnelles en milieu professionnel. Etaient également en lice Fastfood, voyage dans l’arrière salle de la restauration rapide, ou encore Massacre de  Anna Hansen,  glaçant parcours d’un cadre ambitieux, de sa fulgurante montée à sa chute qui n’en fut que plus dure.

 

En dix éditions, le jury du Prix du roman d’entreprise a valorisé près de 200 romans mettant en scène l’entreprise et le travail. Plusieurs de titres ont fait un carton en librairie et même inspiré des courts et longs métrages. La dotation attribuée par  Klesia, partenaire du prix  reste symbolique (3000€). Les auteurs bénéficient principalement de la visibilité supplémentaire qu’apporte cette distinction traditionnellement remise dans l’emblématique salle des accords  du ministère du Travail.  Jean-Claude Delgènes, patron de Technologia et Marie-José Gava, directrice de Place de la médiation, cofondateurs du prix, se flattent de contribuer à faire du travail une riche source d’inspiration pour de talentueux écrivains.