Le Centre des jeunes dirigeants propose un «Pack unique d’emploi à durée indéterminée »

Le CJD, plus ancien mouvement patronal français qui compte 4500 adhérents -entrepreneurs et cadres dirigeants-– propose de « réinventer le contrat de travail » pour lutter contre le chômage et la précarité. L’organisation s’appuie sur les chiffres de l’Insee (seulement 5% des embauches se font en CDI contre 30% il y a 30 ans) pour affirmer que « le contrat à durée indéterminée ne correspond clairement plus aux réalités économiques. Maintenir le tabou sur la réforme des contrats de travail reviendrait à créer plus de précarité que de sécurité pour les salariés »

 La solution du CJD consiste à créer un « Pack unique d’emploi à durée indéterminée (PUEDI). Il comprendrait :

   ·       bien sûr, un contrat unique d’emploi à durée indéterminée

   ·       une période de préavis pouvant atteindre 6 mois

   ·       une anticipation du coût et des modalités de séparation

   ·       la conciliation obligatoire avec présence d’un avocat en cas de séparation conflictuelle

   ·       la modulation du temps de travail et de la rémunération (+ / – 20 %) sur la base de 35 heures

   ·     des primes annuelles de résultat, avec une fiscalité adaptée pour encourager la consommation

 Selon le CJD, si les entrepreneurs délaissent les CDI, c’est parce que le climat économique est trop instable, qu’une entreprise qui n’a pas de visibilité sur l’avenir ou de perspectives sur son carnet de commande ne peut s’engager dans cette voie. Et l’organisation conclut : « si les entrepreneurs n’ont plus recours au CDI, trop contraignant car trop éloigné de leurs réalités économiques, il faut faire évoluer le Code du travail ».