Le chômage baisse, la CGT et FO restent sceptiques

Au mois de juillet, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A, c’est-à-dire sans aucune activité, a diminué de 19 100 par rapport au mois de juin, soit -0,5 %. Le gouvernement se réjouit que « la baisse s’inscrit dans la continuité des bons résultats obtenus au deuxième trimestre ».

 

Pour la quatrième fois depuis le début de l’année, cette baisse mensuelle a concerné toutes les classes d’âge, insiste le ministère du Travail. Notamment, l’amélioration de la situation des jeunes se poursuit : le nombre de demandeurs d’emploi de moins de 25 ans inscrits en catégorie A diminue ainsi de 4 600 en juillet (soit -0,9 %), ce qui porte à 32 000 la baisse depuis un an. Pour le cinquième mois consécutif, le nombre de demandeurs d’emploi de longue durée a diminué, ce qui constitue un résultat inédit depuis huit ans.

 

La CGT fait une lecture différente des données. Dans le détail, observe le syndicat de Montreuil,« le chômage des plus de 50 ans n’en finit pas de progresser (encore 0,2 % en juillet et surtout plus 2,8 % sur un an). Elle souligne aussi que le nombre de travailleurs précaires, ne cesse d’augmenter.

 

FO exprime le même scepticisme : « toutes catégories confondues, et sur la France entière, on dénombre désormais 6 513 900 personnes inscrites à Pôle Emploi, soit +0.2 % sur un mois et + 1.5 % sur un an », relativise-t-elle, insistant également sur la montée de l’insécurité professionnelle, en particulier parmi les jeunes. Pour la centrale dirigée par Jean-Claude Mailly, « une autre politique économique et sociale est nécessaire ».