Le chômage reste stable, FO veut protéger les demandeurs d’emploi

Fin octobre 2017, en France métropolitaine, parmi les personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C), 3 483 600 sont sans emploi (catégorie A) et 2 132 400 exercent une activité réduite (catégories B, C), soit au total 5 616 000 personnes.

 

En France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A baisse sur trois mois de 1,0 % (–34 500). Ce nombre progresse de 0,2 % sur un mois (+8 000) et de 0,2 % sur un an. Sur trois mois, le nombre de personnes exerçant une activité réduite courte (78 heures ou moins dans le mois, catégorie B) diminue de 1,3 % (–2,2 % sur un mois) et celui des personnes en activité réduite longue (plus de 78 heures dans le mois, catégorie C) s’accroît de 2,8 % (+0,7 % sur un mois). Au total, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C diminue sur trois mois de 0,1 % (–5 400). Ce nombre reste stable sur un mois (+100) et progresse de 2,8 % sur un an.

 

Fin octobre 2017, 671 000 personnes inscrites à Pôle emploi ne sont pas tenues de rechercher un emploi. Elles sont soit non immédiatement disponibles et sans emploi (catégorie D ; par exemple formation, contrat de sécurisation professionnelle, maladie), soit pourvues d’un emploi (catégorie E ; par exemple créations d’entreprise, contrats aidés). Sur trois mois, le nombre d’inscrits en catégorie D diminue de 4,3 % (–0,7 %sur un mois) et le nombre d’inscrits en catégorie E diminue de 5,5 % (–2,6 % sur un mois).

 

Si l’on inclut l’outre-mer, le nombre de demandeurs d’emploi s’élève à 3 742 300 pour la catégorie A. Sur trois mois, il diminue de 0,9 % (+0,2 %sur un mois et +0,3 % sur un an). Pour les catégories A, B, C, ce nombre s’établit à 5 923 200. Sur trois mois, il est stable (stable sur un mois et +2,8 % sur un an).

 

Pour FO, « le chômage et la précarité de l’emploi ne faiblissent pas. Dans ce contexte, il est plus que jamais nécessaire de protéger les demandeurs d’emploi et sécuriser les trajets professionnels », dans le cadre des prochaines négociations concernant l’assurance chômage. La confédération de Jean-Claude Mailly revendique aussi, en matière de formation, autre sujet en cours de concertation, « le renforcement de l’accompagnement des demandeurs d’emploi », notamment via le conseil en évolution professionnelle qui devra à ce titre bénéficier d’un financement propre ».