Le dumping chinois menace les emplois de l’industrie solaire européenne

EU ProSun, organisation professionnelle des industries solaires tire la sonnette d’alarme. Une nouvelle opération de dumping orchestrée par le gouvernement et les opérateurs chinois menace des milliers d’emplois dans la filière, au sein de l’Union européenne. A l’origine de cette attaque, la décision brutale de Pékin de couper les subventions aux installations locales d’énergie solaire, d’ici à la fin de l’année. Officiellement, il s’agirait d’une « erreur de planification ».

 

Résultat : les constructeurs, privés de ce marché, sont lestés de stocks faramineux de modules. La capacité de production chinoise est supérieure de plus de 30 % à la demande mondiale totale. Ce gigantisme a été encouragé par le gouvernement qui a fixé un objectif de 21 gigawatts de puissance photovoltaïque installée pour 2016. Soit plus que les marchés américain et européen réunis. Pour écouler les surplus, la Chine se tourne vers l’export, en particulier vers l’UE, en cassant les prix et en ruinant la compétitivité des concurrents sur les marchés mondiaux.

 

Cela tombe au plus mauvais moment pour ProSun. L’industrie solaire mise à mal depuis plusieurs années commençait à peine à relever la tête. L’onde de choc est déjà ressentie : réductions de production et licenciements ont commencé. Cette semaine, les fabricants allemands ont licencié un peu plus de 500 personnes. Selon les données d’EU Prosun, la majorité des emplois du secteur est localisée en Allemagne avec plus de 100 000 personnes salariés, suivie par la France, créditée de 60 000 postes et l’Italie (45 000).