Le fonds anti-galère est de plus en plus sollicité

Le fonds d’aide aux jeunes (FAJ) qui alloue des aides financières aux jeunes de 18 à 25 ans en grande difficulté sociale a bénéficie à 97 000 jeunes, en 2013, pour un montant moyen de 189 €.

 

Administré par les Conseils généraux, le fonds d’aide aux jeunes (FAJ) est doté d’une enveloppe globale de 36M€. Il attribue principalement des coups de pouce à titre individuel. Le plus souvent, il intervient en dernier recours, lorsque les autres dispositifs existants ne peuvent pas être mobilisés. La moitié des cas, il s’agit de répondre à des besoins alimentaires de base. Mais le FAJ étant aussi fréquemment sollicité pour des aides au transport ou à la formation.

 

Sans surprise, constate une étude de la Drees (ministère des Affaires sociales), 60 % des aides sont accordées à des personnes sans ressource financière et 35 % à des demandeurs en situation sans domicile ou mal logés.

 

Dans les situations de fragilité les plus extrêmes, une procédure d’attribution d’aide en urgence permet d’allouer tout ou partie de l’aide dès la demande du jeune et sans examen préalable du dossier par la commission d’attribution qui ne valide la décision qu’a posteriori.

 

En principe, ces secours d’urgence sont plafonnés à 5% des ressources disponibles. En réalité, conséquence des difficultés d’insertion ce ratio est largement dépassé. Il atteint, en 2013, le seuil de 21% de l’ensemble des aides individuelles. Soit une hausse de 3 points.

 

Le fonds finance également des actions collectives dans la moitié des départements. Il s’agit, couramment, d’appui à l’insertion et au logement. Enfin, les ressources du FAJ alimentent d’autres fonds ou organismes œuvrant pour les jeunes dans un quart des départements.