Le plan de recrutement XXL du groupe Capgemini

Capgemini prévoit de recruter 4 000 collaborateurs en CDI sur l’année, en France.

Sous l’effet de la transformation numérique, les besoins des entreprises d’un point de vue stratégique, organisationnel, ou technologique explosent. Capgemini, un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques et de l’infogérance (plus de 24 000 collaborateurs en France), en profite. Le groupe prévoit d’embaucher 4 000 personnes dans l’Hexagone, et en CDI, sur l’année 2016 . De fait, le marché croît de façon constante depuis quelques années (2,7 % en 2016 et une progression du même niveau est prévue en 2017, selon Syntec numérique, organisation professionnelle de la branche).

 

Les jeunes diplômés et débutants ayant moins de deux ans représentent 65 % de ces embauches. Certains d’entre eux entrent dans l’entreprise par le biais d’un stage ou d’une alternance : pas moins de 1 300 étudiants seront accueillis et formés cette année dans l’Hexagone. Autre vivier, la Grande école du numérique, dont Capgemini est partenaire. Peu ou pas qualifiés, les apprenants issus de l’une des 420 formations labellisées par ce programme peuvent être enrôlés par le groupe qui prévoit d’en accueillir plusieurs centaines, à concurrence d’environ 10 % des nouvelles recrues. Sachant que 70 % des postes à pourvoir sont en région, les besoins restent particulièrement forts à Nantes, Rennes Toulouse, Bordeaux, Lille et Lyon.

 

Concernant les méthodes, les technologies big data sont mises à contribution. L’une des filiales du groupe en France s’est dotée d’une plateforme permettant d’ouvrir ses offres d’emploi à des profils atypiques, issus de cursus littéraires, militaires, mathématiques, ou ayant exercé dans des métiers externes au conseil. Patrick Ferraris, DG de Capgemini Consulting en France (photo) , confirme : « le diplôme ne peut plus être l’alpha et l’oméga du recrutement dans les métiers du conseil. Nous avons observé qu’il n’était pas prédictif du succès chez nous. Nous en avons tiré des conclusions et transformé de fond en comble notre façon de faire en nous centrant sur des expériences et des traits de personnalité ». L’entreprise table aussi la cooptation, bien ancrée dans ses pratiques, à tel point que l’an dernier, une embauche sur quatre a été réalisée par ce biais, en France.