Le plan Rebsamen contre le chômage de longue durée, en dix points clés

La France compte 1,1 million de chômeurs de longue durée au sens du BIT, soit 4 demandeurs d’emploi sur 10. Et ce malgré un effort de 3,2 Md€, soit plus de 445 000 emplois aidés. Le gouvernement va accélérer le rythme. Il envisage de doubler le nombre de contrats aidés du secteur marchand en 2015 en le faisant passer de 50 000 à 100 000 orientés vers les chômeurs de longue durée, et plus particulièrement de très longue durée. Pôle emploi renforcera son diagnostic et son accompagnement. L’Afpa sera sur le pont. Des mesures nouvelles concrètes sont aussi annoncées.

 

1— Mise en place d’un droit à une formation qualifiante gratuite pour les demandeurs d’emploi, mobilisable par chacun grâce au compte personnel de formation. Cet effort sera financé à hauteur de 220 M€ par le Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels gérés par les partenaires sociaux, complété par Pôle emploi et les conseils régionaux.

 

2— Création d’un dispositif de réservation de places en crèche d’entreprise pour les demandeurs d’emploi parents isolés. Un parent pourra se rendre à un entretien professionnel sans que ne pèse sur lui le problème de la garde de son enfant. Une convention-cadre va être signée entre la CNAF et Pôle emploi à cet effet.

 

3- Une garantie de loyer se substituera à l’actuelle garantie des risques locatifs. Elle sera étendue aux demandeurs d’emploi retrouvant un emploi.

 

4— Renforcement de la possibilité de déclencher un bilan de santé du demandeur d’emploi dans le cadre de son accompagnement. Au-delà, un bilan global de la situation sera fait par l’Inspection générale des affaires sociales dans le but de proposer des solutions visant à améliorer la prise en compte des problématiques de santé dans l’accompagnement vers l’emploi.

 

5— Mise en place immédiate de la période de mise en situation en milieu professionnel (PMSMP), introduite par la loi du 5 mars 2014. Des grandes entreprises publiques et privées, dans le cadre du collectif FACE (GDF Suez, AG2R La Mondiale, la RATP, Bouygues Construction, etc.), se sont engagées à accueillir 5000

demandeurs d’emploi en 2015 dans ce cadre.

 

6— Institution d’une nouvelle prestation « Suivi dans l’emploi » pour accompagner l’employeur et le salarié

recruté à la fin de la période d’essai. Elle fera intervenir des experts

compétents dans le champ de l’intervention sociale et professionnelle et aura pour objet

d’aider l’employeur à réussir l’intégration durable du salarié dans l’entreprise.

 

7— Expérimentation dans dix départements du dispositif CASA, dans le cadre des contrats aidés. Des employeurs s’engagent à un

effort particulier d’accompagnement des anciens chômeurs très éloignés de l’emploi

 

 

8— Développement des groupements d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ), grâce à une réforme de la labellisation et à une revalorisation de la prime.

 

9— Mise en œuvre d’un accélérateur d’innovation sociale. Il sera géré par

l’Agence nationale des solidarités actives (ANSA) et aura pour objet d’identifier ces projets et de leur

apporter appui méthodologique et financements pour s’étendre à d’autres territoires, voire se

généraliser.

 

10— Une plateforme collaborative des employeurs engagés dans l’insertion

permettra de tisser un réseau et de partager les expériences.