Le robot, un futur rival qui fait peur

D’après l’étude d’ADP (Automatic Data Processing), The Workforce View in Europe 2019, qui a interrogé plus de 10 500 salariés à travers l’Europe, plus de trois salariés français sur dix (35 %) pensent que leur emploi sera automatisé d’ici à 15 ans.

Les inquiétudes sont plus fortes parmi les plus jeunes. Dans la tranche des 16 à 34 ans, une personne sur deux redoute de voir son job emploi automatisé dans 10 ans. La proportion est de 35 % chez les 35- 44 ans. Moins concernés en raison de l’avancement dans leur carrière, les quinquas restent zen. Seulement 21 % d’entre eux appréhendent une automatisation au cours des dix prochaines années.

 

La peur du robot en tant que futur rival varie selon les secteurs d’activité. Ainsi, 51 % des employés des services financiers craignent de voir leur emploi remplacé au cours de la décennie à venir, contre 45 % des salariés de l’informatique et des télécommunications, ainsi que 45 % de ceux évoluant dans les secteurs du marketing et des médias. Les professionnels de la santé et de l’éducation sont plus sereins. À peine 18 % des pros de l’éducation et 20 % des professionnels de la santé qui s’attendent à une forte automatisation de leurs métiers.

 

En Europe, la peur du robot est plus forte chez les Britanniques (40 %, contre 34 % pour les Italiens, 28 % pour les Espagnols). En Allemagne, le ratio est de 25 %.