Le smartphone nuit gravement à l’efficacité au bureau, montre une étude de Kaspersky Lab

Le téléphone portable peut faire perdre jusqu’à 26% de productivité. Les entreprises  gagneraient à fixer des règles rigoureuses relatives à leur utilisation au bureau.

Omniprésents, les smartphones ils sont utiles en environnement de travail : communication instantanée, échanges rapides, synchronisation des agendas, etc. Mais la médaille a son revers : ces jouets modernes nuisent à l’efficacité. Pour arriver à cette conclusion, des chercheurs en psychologie des universités de Würzburg  (Allemagne) et de Nottingham Trent (Angleterre)  ont a testé  le comportement de 95 personnes âgées de 19 à 56 ans,  à la demande de Kaspersky Lab.  Ils ont demandé aux participants de se livrer à un test de concentration dans quatre circonstances différentes : avec leur téléphone dans la poche, posé sur leur bureau, enfermé dans un tiroir, totalement retiré de la pièce. Résultat : plus les smartphones sont éloignés, plus la productivité est importante. Privés de cet accessoire digital, les intéressés  ont vu leurs performances s’améliorer de 26 %.

 

Ces conclusions viennent corroborer celles d’une enquête précédente, portant sur « l’amnésie numérique au travail », au cours de laquelle Kaspersky Lab a démontré que les appareils numériques peuvent avoir un effet néfaste sur le niveau de concentration. Cette enquête avait notamment révélé que la prise de notes sur un appareil numérique pendant une réunion nuit à la bonne compréhension de ce qui s’y dit.  Les accros expliquent qu’il est nécessaire de pouvoir être joint à tout moment. C’est particulièrement vrai des femmes qui élèvent des enfants. Les chercheurs reconnaissent que « le fait d’être séparé de son smartphone a des effets négatifs sur le plan émotionnel, par exemple un regain d’anxiété ».  Néanmoins, insistent-ils,  « les collaborateurs pourraient être plus productifs si, au lieu d’avoir accès à leur appareil en permanence, des périodes sans smartphone étaient ménagées ».

 

L’une des solutions pourrait consister  à appliquer l’interdire pendant les réunions, suggère  Tanguy De Coatpont directeur général de Kaspersky Lab France  . Dans certaines organisations,  c’est déjà la règle, mais elle est  plus ou moins rigoureusement appliquée. « Les entreprises doivent également avoir conscience que, dans l’univers connecté qui est aujourd’hui le leur, une baisse de concentration peut poser problème en matière de sécurité. Les attaques ciblées avancées, par exemple, ne peuvent être découvertes que si les employés sont vigilants et à l’affût des e-mails inattendus et inhabituels. Il est donc vital pour les entreprises d’élaborer des procédures de sécurité, notamment des séances de formation, afin de renforcer la vigilance de leurs collaborateurs, que ceux-ci utilisent ou non leur smartphone au travail », souligne Tanguy De Coatpont