Le télétravail est un facteur d’attractivité encore sous-estimé par les entreprises

Le télétravail,  est un facteur supplémentaire d’attractivité que les entreprises doivent encore valoriser, constate une étude de l’Apec publiée ce 17 décembre.  Pour 69 % des cadres, le fait de pouvoir télétravailler représente aujourd’hui un critère important lorsqu’ils recherchent un emploi. C’est particulièrement marqué en Île-de-France : 73 %  contre  66 % en région.  D’un point de vue sectoriel, les cadres de l’informatique sont plus attachés à ce critère 78 %, comme ceux qui travaillent dans les études et la R et D (76 %).  Curieusement, il y a peu d’offres d’emploi qui mentionnent précisément la possibilité de. Au 1er semestre 2020, seuls 3 % des annonces publiées sur Apec.fr en faisaient état.  

 

« Le télétravail représente désormais un facteur d’attractivité, au même titre que le package salarial ou les mesures d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Le télétravail s’inscrit comme un élément différenciant de la promesse employeur et un moyen de fidéliser les collaboratrices et collaborateurs. », explique le DG de l’Apec, Gilles Gateau (photo).

 

Pour 63 % des cadres, l’autonomie constitue la principale qualité pour pouvoir bien télétravailler, devant le sens de l’organisation (48 %) et la discipline (43 %). Dans le détail, la maîtrise des outils collaboratifs est une aptitude essentielle citée par un cadre sur trois, notamment par les plus de 50 ans.

 

La capacité à déconnecter est plébiscitée par 22 % des cadres, et en particulier par les moins de 30 ans (28 %).  Le besoin d’accompagnement reste important. 62 % des cadres, et en particulier 68 % des cadres managers, sont aujourd’hui intéressés par une formation aux bonnes pratiques et s’intéressent au retour d’expérience en matière de télétravail. Aux avant-postes des mutations induites par les nouvelles organisations du travail, 74 % des professionnels RH sont également demandeurs d’une formation. Enfin, une évolution des pratiques managériales est souhaitée par près de 9 cadres sur 10, et autant de cadres managers (89 %). Ces derniers identifient deux facteurs clés de succès pour manager à distance : communiquer régulièrement (54 %) et bâtir une relation de confiance (49