Le travail à distance a la cote

C’est la conclusion des premiers résultats de l’expérimentation « Quel bureau demain ? » qui explore la piste coworking et des télécentres par les salariés

Pour la première fois en France, une expérimentation est lancée afin d’étudier l’utilisation de tiers-lieux en Ile-de-France par une centaine de salariés d’entreprises (dont AOS Studley) pendant 8 mois et d’en mesurer les impacts pour les salariés, les entreprises et les territoires. Ce programme est lancé par LBMG Worklabs en partenariat avec le pôle de recherche heSam Université et cofinancé par la Région Ile-de-France et BPI France. Après deux mois d’usage, les premiers résultats de cette expérimentation ont été annoncés lors de l’étape du Tour de France du télétravail et des tiers-lieux à La Défense (92).

93% désirent continuer l’utilisation des tiers-lieux

D’après les premiers résultats de cette expérimentation, le tiers-lieu est largement plébiscité par les salariés. A la fois confortable et pratique, 73% des salariés déclarent avoir éviter un détour pour retourner sur leur lieu de travail et 53% évaluent que leur temps de trajet est moindre. Travailler dans un tiers-lieu apparaît aussi comme une vraie dynamique pour les territoires : 57% des salariés prévoient d’utiliser les commerces à proximité.

50% des salariés se sentent moins stressés

Travailler dans un espace à mi-chemin entre le bureau et le domicile a beaucoup d’effets positifs sur la qualité de vie et l’équilibre de vie professionnelle et privée. En effet, 50% des personnes interrogées déclarent ressentir moins de fatigue. La productivité et la qualité du travail sont alors meilleures pour 54% d’entre eux.

31% considèrent que leur identité d’entreprise augmente

lorsqu’ils vont travailler en tiers-lieu. Contrairement aux idées reçues, les salariés ressentent un vrai sentiment d’appartenance à leur employeur et ce, même à distance. L’entreprise est elle aussi gagnante dans cette expérimentation : 77% des salariés ont une vraie capacité de concentration et 79% déclarent ne pas être perturbés dans leurs tâches de travail.