Le travail collaboratif reste un mythe, la faute aux mauvaises habitudes

Le  travail collaboratif est sur toutes les lèvres. C’est un objectif partagé par toutes les entreprises qui ont entrepris leur transformation digitale. Hélas, c’est encore un mythe, constate une étude de Sharp. La faute à de mauvaises habitudes de travail et à des outils pas toujours adaptés.

L’étude de Sharp auprès d’un millier de professionnels en France révèle les mauvaises habitudes qui entravent le travail collaboratif. A commencer par la rétention d’informations cruciales. 46 % des personnes interrogées affirment que leurs collègues oublient régulièrement de partager avec eux des informations ou des documents importants – ce qui représente une évidente perte de temps, des opportunités manquées et éventuellement des revenus moindres pour l’entreprise.

 

Des comportements individualistes quotidiens ne sont pas si anodins qu’il y paraît. La moitié des salariés ne prennent la peine de charger du papier dans l’imprimante lorsque le bac est vide. 38 % changent régulièrement la température de l’air conditionné sans demander l’avis de leurs collègues. Loin de reconnaître leurs travers, 76 % des personnes interrogées rejettent la faute sur les outils technologiques, car ils ne facilitent pas le partage des informations.

 

Alors qu’ils constatent ces mauvaises habitudes chez leurs collègues ou chez eux-mêmes, 15 % des professionnels français préfèrent ne rien faire pour régler ce problème. 31 % se contentent de laisser une note écrite dans les parties communes de l’entreprise et 24 % choisissent de se plaindre par email, y compris auprès du supérieur hiérarchique.

 

« La plupart des professionnels sont parfaitement conscients de l’existence de tous ces problèmes, mais il est plus facile d’apprendre à vivre avec plutôt que d’essayer de trouver des solutions », résume Nathalie Chamblain, directrice marketing de Sharp Business Systems France et Europe du sud. Pourtant, les équipes ont beaucoup à perdre. « Si une entreprise n’est pas en mesure d’encourager efficacement le travail collaboratif et le partage des informations, elle perdra de multiples opportunités de développement. Combien d’idées non partagées par un collaborateur auraient pu déboucher sur un nouveau prospect ou simplement permettre de réaliser des économies ? », explique Nathalie Chamblain.

 

Le top 10 des pires habitudes des salariés français vis-à-vis de leurs collègues de bureau :

53 % laissent des pages déjà imprimées dans le bac de l’imprimante.
50 % des professionnels ne rechargent pas le bac de l’imprimante lorsque ce dernier est vide.
47 % laissent les écrans et les projecteurs allumés après usage.
46 % oublient de partager des informations ou des documents cruciaux pour l’entreprise.
44 % déplacent des documents ou créent de nouveaux répertoires sans en aviser leurs collègues.
43 % coupent la parole à leurs collègues en réunion.
39 % préfèrent ignorer royalement les problèmes liés aux technologies partagées.
38 % changent la température de l’air conditionné.
39 % oublient leurs mots de passe.
37 % ne respectent pas les templates.