L’économie du sport ne connaît pas la crise, elle crée des emplois

En s’appuyant sur une évaluation de l’inspection générale des finances, l’Institut régional de développement du sport d’Île de France- (IRDS) situe le poids économique du sport dans la région à 28 400 établissements et à 101 000 emplois.

La dépense sportive nationale, est évaluée à 38,1 Mds€, soit 1,8 % produit intérieur brut . Ce qui fait de la France le troisième marché sportif de l’Union européenne, en valeur. Près du tiers de cette somme (30 %) est déboursée par les Franciliens. Les secteurs d’activité sportifs rassemblent 38 000 emplois en Île-de-France su 232 000 au niveau national. En incluant les professions sportives exerçant en dehors des secteurs d’activité sportifs l’IRDS parvient au chiffre de 551 000 jobs, dont 101 000  en Île-de-France en France, soit 2 % de l’effectif salarié total. C’est deux fois plus que l’industrie automobile, autant que les activités immobilières, mais trois fois moins que la finance ou la construction.

 

Mieux, ces emplois du champ sportif sont moins sensibles à la crise économique et connaissent même une croissance modérée certes, mais plus élevée que l’ensemble des emplois. « L’emploi sportif est porté par le développement de la pratique, les dépenses des ménages en biens et services sportifs, l’organisation de grands événements sportifs, l’augmentation des exigences des fédérations sportives et des pratiquants en matière d’encadrement et la mise en place de dispositifs facilitant l’emploi dans les associations », précise l’IRDS.