Les chefs d’entreprise confiants face aux réformes annoncées

À en croire l’enquête que publient KPMG et l’IFOP ce 17 juillet, le dialogue social est  un enjeu « déterminant » pour 91 % des dirigeants d’entreprise, et un sujet « tout à fait » important pour 60 %. C’est particulièrement marqué dans les structures de plus de 500 salariés et dans celles ayant un chiffre d’affaires supérieur à 200 M€. Par ailleurs, les activités de services se montrent plus attentives à cette dimension.

 

En outre, les réformes annoncées par le gouvernement sont positivement perçues par trois dirigeants sur quatre. Ils anticipent un impact positif sur les pratiques en matière de dialogue social. Huit dirigeants sur dix estiment même que les conditions d’un dialogue social constructif sont actuellement réunies dans leur entreprise. L’enquête souligne que l’adhésion à la politique gouvernementale est plus marquée dans le secteur du commerce, en région parisienne et parmi les personnes interrogées ayant moins de quarante ans.

 

Néanmoins, les dirigeants reconnaissent que les mesures annoncées sécurisent davantage les patrons que leurs salariés. Deux dirigeants sur trois (68 %) estiment que ces mesures sont de nature à permettre aux employeurs de mieux s’adapter aux chocs et ruptures d’un environnement économique concurrentiel, une plus faible majorité (55 %) pense qu’elles permettront aussi de sécuriser la situation des salariés.