Chômage : légère hausse à fin juin, CGT et FO réclament un changement de cap

Fin juin, en France métropolitaine, parmi les personnes inscrites à Pôle emploi et tenues de rechercher un emploi (catégories A, B, C) 3 525 700 sont sans emploi (catégorie A) et 1 908 900 exercent une activité réduite (catégories B, C), soit au total 5 434 600 personnes.

La catégorie A, c’est-à-dire les personnes sans aucune activité, augmente de 5 400 unités par rapport au mois de mai, soit +0,2 %. La hausse est plus marquée parmi les jeunes, avec une progression de 4 000 inscrits, soit +0,8 %, en juin.

 

Le ministère du Travail souligne que « la tendance reste clairement orientée à la baisse ». Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A baisse sur trois mois de 0,2 % (–5 300). Ce nombre progresse de 0,2 % sur un mois (+5 400) et recule de 0,7 % sur un an. Sur trois mois, le nombre de personnes exerçant une activité réduite courte (78 heures ou moins dans le mois, catégorie B) diminue de 0,2 % (+0,4 % sur un mois) et celui des personnes en activité réduite longue (plus de 78 heures dans le mois, catégorie C) recule de 1,1 % (–0,1 % sur un mois).

 

« Sur les six premiers mois de l’année, le nombre d’inscrits a diminué de 54 800 et cette baisse a concerné toutes les classes d’âge ». C’est le deuxième trimestre consécutif de baisse, et cela ne s’est pas vu depuis début 2008 insiste le ministère.

 

FO analyse diversement les chiffres.  Pour la confédération, ils laissent « à penser que les personnes inscrites à Pôle emploi sont dans une situation toujours aussi précaires puisqu’elles n’arrivent même plus à trouver une activité réduite ou un emploi à temps partiel ». En outre, juge FO, « la situation des personnes de 50 ans et plus sur le marché du travail ne s’améliore toujours pas ».

 

Et pour la CGT, la politique du gouvernement ne marche pas. « L’urgence est à l’établissement d’un nouveau statut du travail salarié, à la réduction du temps de travail, dont un rapport censuré montre qu’il s’agit de la meilleure arme pour créer des emplois », dit-elle.