Les clés de la réussite économique et sociale, expliquées par Boston Consulting Group et le cercle mondial des DRH

Les entreprises dotées de pratiques RH performantes ont de meilleurs résultats financiers que les autres. Dans ces sociétés, les fonctions RH s’imposent comme des partenaires stratégiques naturels. C’est ce que révèle la huitième édition du rapport Creating People Advantage réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) en partenariat avec la World Federation of People (WFPMA) représentée en France par l’ANDRH.

Lors des dix dernières années, les entreprises classées par le magazine Fortune « BestCompanies to Work For » ont enregistré une performance boursière deux fois supérieure aux autres. Il en va de même pour les entreprises françaises du classement « Employeur idéal » d’Universum. Cette année, le rapport BCG Creating People Advantage (CPA) a cherché à comprendre ce qui les distingue des autres à un moment où toutes les entreprises doivent se transformer pour répondre aux défis du digital et de la globalisation, « Ces fonctions RH d’excellence investissent trois axes d’actions clés : la connexion, la priorisation et l’impact », déclare Jean- Michel Caye, Directeur associé senior au BCG et l’un des auteurs du rapport.

Première clé : la connexion. Il s’agit d’ intégrer toutes les parties prenantes de l’entreprise. Les fonctions RH ne peuvent plus se contenter de gérer les ressources humaines de l’entreprise. Les meilleures d’entre elles mobilisent toutes les parties prenantes en intégrant les réseaux sociaux mais aussi en gérant des forces de travail contingentes et des fournisseurs de plus en plus nombreux. En interne, le décalage persiste entre les attentes des opérationnels et les prestations liées aux hommes et à leurs carrières sauf pour les meilleures pros Les managers considèrent ainsi plus de 40% des sujets RH comme urgents et prioritaires à la différence de ceux qui ne voient pas forcément d’urgence à agir. En tête de ces sujets : la gestion des compétences et la communication.

Seconde clé : la priorisation. Ce la consiste à développer un pilotage analytique de la fonction. Autre enseignement phare de l’enquête, les fonctions RH performantes disposent d’un pilotage analytique intégrant des indicateurs sophistiqués et les ressources du big data. Elles adoptent une logique de retour sur investissements et sont capables de délivrer des modèles prédictifs. Aujourd’hui, 40% des indicateurs suivis ne sont pas utilisés pour prendre des décisions.
Enfin : maximiser l’impact. Pour ce faire , développer le leadership, les talents et la culture d’entreprise. L’ensemble des 3 500 décideurs en ressources humaines et managers opérationnels interrogés ont identifié les trois enjeux majeurs que la profession doit relever : le leadership, la gestion des talents et la culture d’entreprise. Ces sujets sont particulièrement prééminents dans les entreprises françaises du panel. Ils s’inscrivent au cœur de la transformation des modèles économiques et de la mutation digitale que vivent la plupart des entreprises. « Dans un environnement incertain et en plein changement, les fonctions RH ont plus que jamais un rôle déterminant à jouer au cœur de la stratégie de transformation des entreprises », déclare Jean-Christophe Sciberras, président de l’ANDRH.