Les conflits sociaux, moins vendeurs que la télé réalité

L’Institut national de l’audiovisuel (Ina) s’est amusé à mesurer l’importance donne aux conflits et mouvement sociaux dans les journaux télévisés. Constat : leur médiatisation est allé decrescendo depuis 2009, mais connaît un léger regain depuis deux ans

« Relayée sur toutes les chaînes, l’information relative à l’expression des contestations collectives est la plus présente sur F2 et F3 où elle frôle 1 sujet en moyenne par jour tandis que TF1 lui consacre en moyenne 1,5 sujet tous les 2 jours », note l’institut en s’appuyant sur des statistiques régulières.

Au total, 1239 sujets ont été dédiés à cette actualité sociale en France en 2013 alors qu’on en comptait 1883 en 2009, année marquée par les révoltes contre la vie chère en Martinique et en Guadeloupe et par la multiplication des plans sociaux.

Premiers sujets traités, ceux relatant les réactions aux plans sociaux, aux fermetures d’usines et aux diverses restructurations industrielles. Ils restent largement dominants avec 339 occurrences (27% de l’ensemble). Deuxième thématique, les réactions collectives contre la fiscalité (202 sujets, 16%), en particulier contre l’écotaxe (168 sujets incluant le mouvement breton des « bonnets rouges »). Enfin, 11% des sujets ont couvert les mobilisations collectives dans le domaine du commerce et de l’artisanat et 10% dans le monde agricole.

L’année 2013 a aussi été celle du mariage pour tous qui a donné lieu à une intense médiatisation avec un total de 468 sujets, dont 88% concentrés sur les 5 premiers mois de l’année.

Ina Stat s’est également intéressé à la question des retraites en comparant quatre moments forts de cette réforme sociale majeure sur la décennie écoulée : 721 sujets en 2003 pour la loi Fillon, 508 sujets en 2007 pour sa révision, et surtout 1239 sujets pour la réforme de 2010, la plus médiatisée, avec mille sujets de plus que la loi de 2013 (235 sujets).