Les cost killers vont-ils sévir contre les DRH ? La fonction coûte de plus en plus cher

La dernière édition du baromètre d’ADP pubiée ce 24 avril livre un panorama détaillé du coût total de la fonction paie et administration du personnel. Il est de 448 € par an, en hausse de 17 % depuis 2010.

Cette augmentation est liée à l’évolution des salaires et des charges sociales, à l’amélioration des systèmes d’information (SIRH ) pour automatiser et faire croître la productivité, et aux besoins croissants de reporting, conséquence de l’internationalisation. Elle découle aussi des innovations technologiques comme les portails ou les applications sur smartphones pour les salariés, ou les investissements dans la digitalisation des processus administratifs et la dématérialisation de l’archivage des documents RH améliorant la productivité et la fiabilité des données. Bref, « simplification administrative et la transformation digitale des entreprises ont d’abord généré des coûts d’investissement et de mise en œuvre ». Et cela paie. « Les entreprises qui investissent dans leur SIRH ont une productivité de 38 % supérieure aux autres », confirme ADP.

 

En 2017, un équivalent temps plein de la fonction paie et administration du personnel gérait 213 salariés, et son coût s’élevait en moyenne à 63 500€ par an. On compte en moyenne un gestionnaire RH pour 213 salariés.

 

Si lon considère le coût par salarié géré, la moyenne s’élève à 448€ par an, en hausse de 17 % depuis 2010. Au palmarès des secteurs les plus onéreux dans ce domaine, ADP place la banque et l’assurance (599 € par tête de pipe), l’industrie (473 €) ; la distribution étant nettement moins gloutonne, avec seulement 305 €. L’enquête a été menée auprès d’un panel de 159 grandes entreprises.