Les industries alimentaires vont investir fortement en formation

L’année 2018 sera marquée par de lourds investissements en formation, si l’on en croit les résultat d’une enquête menée par les observatoires du secteur alimentaire qui couvrent 29 branches et 586 000 salariés . Selon l’enquête, l’effort du secteur portera principalement sur l’hygiène, la sécurité, la connaissance des caractéristiques produits, la polyvalence en production- maintenance, ainsi que la qualité. Les compétences compétences comportementales et de savoir-être sont également citées.

 

Sur un autre plan, plus d’un tiers (37%) des établissements interrogés considèrent l’accélération des mutations technologiques et digitales comme une réalité. Toutefois, seuls 15% d’entre eux estiment que ces mutations vont faire évoluer l’ensemble de leurs métiers et de leurs emplois en impactant l’organisation du travail à court et moyen terme.

 

Les investissements sont d’autant plus nécessaires que le secteur recrute. Environ 43% des structures ont embauché en 2017, soit au total plus de 103 000 postes, CDI et CDD confondus, mais hors hors intérim et contrats saisonniers. C’est 14% de plus que l’année précédente. Ces offres concernaient majoritairement les fonctions production, conditionnement , achat, commercial et vente. Plus des deux tiers (68% ) des recrutements en CDI et CDD ont concerné des jeunes de moins de 30 ans.

 

Néanmoins, 41% des recruteurs ont rencontré des difficultés de recrutement (+7 points par rapport à 2016), en cause : des candidatures insuffisantes ou insatisfaisantes, révélatrices notamment d’une absence de compétences attendues, d’un manque d’expérience ou un manque de motivation des candidats lié notamment à une mauvaise image du secteur ou des métiers (54% des établissements). Pour mieux faire connaitre le secteur alimentaire, ses opportunités, ses innovations, les partenaires sociaux d’Opcalim ont développé le programme Alimétiers. Il se caractérise notamment par une forte présence sur les salons et sur les réseaux sociaux, par des visites d’entreprises organisées pour les collégiens ou lycéens, par le développement d’un site spécifique.