Les pistes du Cese pour développer les certificats de qualification professionnelle

Le Cese a voté, le 13 septembre, par 167 voix pour, 2 contre, 14 abstentions, l’avis sur les certificats de qualification professionnelle (CQP), présenté par Dominique Gillier (CFDT) au nom de la section du travail et de l’emploi.

 

L’avis reconnaît les forces du CQP, notamment sa proximité  avec les professionnels et les évolutions des métiers, sa rapidité de création et de mise en œuvre, son accès facilité pour les adultes, les décrocheurs et les personnes peu ou pas qualifiées.  Les CQP comblent aussi dans bien des secteurs l’absence de tires reconnus.  Pourtant il est sous-utilisé.  Ils ne représentent encore que 10% des contrats de professionnalisation conclus chaque année. Trois branches s’en sont vraiment emparées : la propreté (16 000 lauréats), la métallurgie avec 12 000 certifiés, et le textile qui en compte 5000.

 

Afin de faire connaître ces certificats, les commissions paritaires nationales de l’emploi des branche sont invitées à  transmettre chaque année une liste actualisée de leurs CQP à la Commission nationale de la certification professionnelle. Celle-ci en assurerait la publication. De leur côté, les branches feraient la promotion du dispositif tout en accompagnant l’insertion des titulaires  dans le monde du travail. Le Cese recommande aussi de décloisonner les certifications en créant des passerelles, via les blocs de compétences entre filières. Le conseil propose de développer les CQP interbranches. Par ailleurs, préconise le document, la création de titres de ce genre devrait être précédée d’un  accord de branche, afin d’ éviter la prolifération, nuisible à la lisibilité.