Les professions libérales françaises et allemandes s’allient pour être plus influentes à Bruxelles

L’Union nationale de professions libérales (UNAPL) et son homologue allemand, la Bundesverband der Freien Berufe (BFB) s’allient pour peser ensemble sur les orientations européennes en matière de services.  Lors d’une rencontre à paris ce 2 juin, l’UNAPL et la BFB sont revenues sur le « paquet services » publié par les autorités de Bruxelles le 10 janvier dernier, lequel comprend une proposition de directive sur les tests de proportionnalité et une autre sur la réforme de la procédure de notification. Deux textes controversés qui ont fait l’objet de propositions de la part des États membres, il y a quelques jours. Notamment de la France, l’Allemagne, et l’Autriche sont montées au créneau.

 

 L’UNAPL et la BFB souhaitent que leurs gouvernements respectifs « unissent leurs efforts pour appuyer leur secteur qui constitue un important levier de croissance pour l’Europe. » Au-delà, leurs leaders s’engagent à œuvrer main dans la main pour coopérer avec la Commission « sur tout projet d’initiative relatif au développement du secteur libéral et à la construction d’un espace européen de justice et de liberté ».  Ils vont aussi travailler au soutien et à la promotion des échanges transfrontaliers, « dans une approche soucieuse de garantir un niveau élevé de qualité ».

 

Les deux organisations représentent 2,3 millions de professionnels libéraux, soit un peu plus de 46 % de l’effectif total des professions libérales de l’UE.