Les salariés français se sentent bien armés pour réussir leur carrière (étude ADP)

À en juger par le volet France de l’enquête Workforce View menée par ADP, les salariés français ont conscience de l’évolution rapide des compétences au sein des organisations. Ils s’estiment bien armés, mais sous- rémunérés.

Près d’un salarié sur deux (45 %) pense avoir plus d’opportunités de travail qu’il y a cinq ans. Cette conviction est particulièrement présente chez les jeunes de 18-24 ans (57 %) et chez ceux de 25-34 ans (55 %), probablement parce que ce sont les premiers à profiter aujourd’hui de l’accélération de l’évolution des compétences, les jeunes talents étant de plus en plus recherchés par les entreprises pour leurs connaissances des outils digitaux. L’évolution des compétences est plus forte dans les secteurs des médias, de l’informatique et des télécommunications où 61 % des personnes interrogées déclarent avoir plus d’opportunités aujourd’hui, ainsi que dans celui de la finance (56 %), par opposition au secteur de l’éducation et de la santé (36 %).

Malgré la transformation évolution rapide des technologies, l’adaptation des compétences des modes de travail, 95 % des salariés français restent confiants. Ils estiment avoir les aptitudes nécessaires pour réussir leur carrière. Les hommes sont plus assurés ( 57 % ) que les femmes ( 49 % ).

La foi dans l’avenir est partagée au niveau européen. Au sein de l’UE, 92 % des répondants estiment posséder le know how requis dans leur profession. En revanche, les salariés français, à l’instar de leurs homologues européens jugent qu’ils sont sous-rétribués. Parmi eux, 57 % estiment ne pas être payés à leur juste valeur, compte tenu de leur savoir-faire et de leur expérience. En France, 38 % des salariés affirment qu’ils devraient être payés davantage pour leur travail.

« Les salariés ont un niveau de confiance élevé dans leurs propres compétences et attendent résolument des possibilités de progression dans leur carrière. C’est une excellente nouvelle pour les entreprises qui ont majoritairement des collaborateurs ambitieux, compétents, mais qui ne se reposent pas sur leurs acquis et veulent continuer à se former et développer de nouveaux savoir-faire», analyse Carlos Fontelas de Carvalho, président d’ADP en France et en Suisse (photo).