Les sociétés coopératives résistent mieux à la crise

La Confédération générale des Scop et des Scic publie son rapport d’activité 2022. Malgré un contexte marqué en 2022 par une crise économique et sociale historique, le bilan des sociétés coopératives (Scop) reste nettement positif. Les quelque 4 400 Scop et société coopérative d’intérêt collectif (Scic), emploient près de 82 000 personnes et génère 8,4 Mds€ de chiffre d’affaires, en croissance de 11 % par rapport à 202.

Pour la seule année 2022, plus 3 70 emplois ont été créés, dont environ 1 400 découlent de la création de nouvelles coopératives , le solde résultant du développement structures existantes. Ces sociétés ont les reins plus solides que la moyenne. Leur taux de pérennité à 5 ans en augmentation de 3 points par rapport à 2021 (76 % pour les coopératives du mouvement en 2022, contre 61 % pour l’ensemble des entreprises françaises – source INSEE)

Les coopératives dont le nombre augmente de 4 % sur la période, sont en progression dans tous les secteurs d’activité, notamment dans les trois plus grands (services, construction et industrie), y compris par le biais de transformations (19 %) et de transmissions d’entreprises saines. Le secteur des services par exemple enregistre 14 % de croissance de CA, 7 % d’effectifs et 6 % de coopératives en plus. Et cela en dépit de quelques déboires dont a disparition de Scopelec relations clients). Jacques Landriot, président de la Confédération générale des Scop (photo), alias CG Scop vise un objectif de 100 000 emplois, 5 000 Scop et Scic et 10 milliards de chiffre d’affaires à l’horizon 2026 .