Les syndicats de Verralia proposent une alternative à la vente de leur entreprise à un fonds

Le verrier Verralia qui emploie 2 300 salariés usines, centres techniques et R&D inclus, est à vendre. Sa maison mère, Saint-Gobain, souhaitant se recentrer sur l’habitat durable. Quatre syndicats proposent un montage qui associant le personnel au capital, aux côtés d’investisseurs stables.

 

Verralia qui emploie 2 300 salariés usines, centres techniques et R&D inclus, est à vendre. Sa maison mère, Saint-Gobain, souhaitant se recentrer sur l’habitat durable. Une première tentative avait été engagée en 2011, mais n’avait pas abouti. Seule l’entité américaine North America, partie intégrante du même pôle a été cédée courant 2013 au groupe irlandais Ardagh. Le projet de cession est relancé. Mandat est donné aux banques JP Morgan et BNP Paribas. Les salariés s’interrogent sur leur devenir.Surtout si, comme ils le subodorent, l’opération prend la forme d’un LBO, synonyme de fort endettement, de rentabilité maximum à court terme.

 

Les syndicats CGT, CFDT, FO et CFE-CGC viennent d’écrire eu ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, pour solliciter son intervention. « Nous ne pouvons bien évidemment pas nous opposer à cette vente, mais nous pensons qu’avec l’aide du gouvernement, nous pouvons mettre suffisamment de garanties et de barrières. La situation est urgente, car il semblerait, d’après les informations que nous avons pu récolter, que fin février ou mi-mars sera connu le prochain acquéreur : un investisseur qui risque d’être un fonds d’investissement spéculatif procédant par LBO », disent-ils au ministre.

 

Le dossier concerne non seulement les collaborateurs directs de Verralia, mais aussi ceux des quelque 3 000 sous-traitants. Sachant que la baisse de la production est déjà engagée. Trois fours de fabrication sont à l’arrêt, ce qui s’est traduit par la suppression de plus de 500 emplois directs et indirects. Les syndicats prônent une stabilisation de l’actionnariat via un montage « dans lequel le groupe Saint-Gobain, les salariés et la banque publique d’investissement pourraient jouer un rôle important, afin de sécuriser les emplois. ».