Les syndicats mettent le feu à la maison Pénicaud

Tous les syndicats du ministère du Travail appellent à la grève le 20 juin. Une intersyndicale CGT-SUD-FSU-FO-CFDT-UNSA-CNT demande au  personnel de cesser le travail pour « protester contre la baisse des effectifs et pour défendre les missions de service public ». C’est le deuxième mouvement social depuis la nomination de Muriel Pénicaud.

Le nouvel exécutif affirme que l’emploi est sa première préoccupation les syndicats souhaitent que le ministère du Travail soit aussi prioritaire. Pour l’heure, cette administration subit des coupes claires. « En administration centrale comme en services déconcentrés, les effectifs ont diminué de près de 20% depuis 2007 », expliquent les syndicats. Ils n’hésitent pas à invoquer un plan social touchant l’inspection du travail où des sections (territoire géographique sur lequel exerce un agent de contrôle en entreprise) vont être supprimées faute de recrutement. Les fermetures de sites de proximité sont également déplorées, de même que les restrictions qui touchent les équipes chargées de renseigner le public, ainsi que les services de l’emploi et de la formation professionnelle.

 

Les représentants du personnel veulent des négociations visant à stopper les suppressions de postes à recruter des agents sur les postes vacants. Ils rêvent même d’un plan de rattrapage.