Les syndicats parlent d’insécurité professionnelle, mais les cadres sont plus nombreux à préférer des CDD

Les cadres sont plus nombreux à opter pour des CDD au lieu d’une embauche ferme, affirme une étude de PageGroup. Ça tombe bien, les DRH, d’après une autre enquête que publie le concurrent Robert Half, les DRH voient d’un bon œil l’empilement des missions courtes sur un CV. Reste la question : le penchant pour les CDD est-elle un choix de vie ou la marque d’une volonté de ne plus être voué corps et âme à une entreprise ?

 En 2016, les demandeurs d’emploi ont demandé 36,8% de contrats d’intérim en plus par rapport à 2015, nous dit PageGroup. Dans le même temps, la demande de CDI a chuté de 18,6%. Bref, l’intérim séduit de plus en plus les Français. Ils n’envisagent plus l’intérim comme moyen unique de conserver leur employabilité ou de gagner en expérience, mais comme réel choix dans un parcours de carrière. Pour preuve, 81% des employeurs et 2 candidats sur 3 jugent le travail temporaire comme positif ou très positif. D’autant plus que les missions intérimaires changent et les recruteurs ont aujourd’hui des attentes plus importantes qu’auparavant : ils cherchent des profils d’experts plus autonomes (89%), capables de s’adapter rapidement (70%) et de collaborer en transverse avec les autres services (88%).

 

« L’image de l’intérim n’a jamais été aussi positive auprès de ceux qui le pratiquent au quotidien, qu’ils soient employeurs ou intérimaires. Dans un monde où les frontières s’effacent, les missions des intérimaires spécialisés deviennent aussi diverses et complexes que celles de leurs homologues permanents : les intérimaires spécialisés sont ainsi très appréciés pour leur souplesse et leur autonomie. » explique Isabelle Bastide, PDG de PageGroup France.  

 

Une autre enquête, réalisée par Robert Half auprès d’un panel de 200 DRH, confirme la tendance. Selon ce cabinet, les demandes de CDI ont baissé de 19% entre septembre 2015 et septembre 2016 alors que dans le même temps les demandes de contrat d’intérim ont explosé de 37%*.  Si le CDI est toujours considéré comme le « Graal » pour les candidats, les contrats courts de types intérim ou CDD sont perçus par les recruteurs comme des expériences valorisantes.

 

Lorsque l’on demande aux DRH comment ils perçoivent les expériences de travail en intérim ou CDD lors des phases de recrutement, les retours sont positifs.  34% des répondants estiment que ces expériences présentent un réel avantage si elles sont en relation directe avec le poste proposé. Ils sont 33% à penser que cela montre que le candidat est flexible et adaptable, qualités fortement appréciées des recruteurs dans un monde où tout change très rapidement. Tandis que 26% déclarent ne pas faire de distinction entre ces expériences et le CDI.« les missions courtes sont autant d’opportunités de tester différentes missions et entreprises tout en développant son réseau et son expérience. Il est démontré que l’intérim ou les CDD sont une bonne voie d’accès à l’emploi à durée indéterminée.», estime Noémie Cicurel, directeur chez  Robert Half recrutement temporaire.

 

Une question demeure : le choix du CDD dénote-t-il une stratégie de carrière, la recherche d’une bonne conciliation entre vies professionnelle et privée ou un désengagement des cadres vis-à-vis des entreprises ? A en croire Robert Half, 5% des DRH voient dans la juxtaposition des expériences un refus d’engagement de la part du salarié.