L’insécurité professionnelle est la première cause de stress au travail

Le premier facteur de stress autravail, c’est « l’insécurité professionnelle », bien avant la charge de travail, le harcèlement et le manque de soutien des collègues et des supérieurs, constate une étude de l’Agence européenne pour la santé et la sécurité au travail (EU-OSHA).

L’insécurité ressentie au travail concerne beaucoup de monde. Ceux qui courent le risque de perdre leur emploi, mais aussi ceux qui craignant la dégradation des conditions du travail. En 2013, cela concernait un peu moins d’un salarié sur quatre. Ceux-là disent « craindre pour leur emploi dans l’année qui vient » et un sur cinq affirment «vivre des changements imprévisibles et mal préparés» .

Les changements organisationnels ont concerné quatre salariés sur dix en 2013. Ils peuvent être un facteur d’insécurité pour les salariés, du public comme du privé, et contribuer à dégrader leur santé mentale, souligne l’étude. Les effets de ces changements dépendent beaucoup de la qualité de l’information des salariés et de leur consultation sur ces évolutions. Ainsi, les personnes bien informés présentent moins souvent un symptôme dépressif que ceux tenus dans l’ignorance.

 

En outre, L’insécurité liée aux changements imprévisibles semble avoir un impact au moins aussi fort sur le risque dépressif que l’insécurité du poste. Les personnes confrontées à la crainte d’une perte d’emploi couplée à des changements imprévisibles et mal préparés ont un risque 2,8 fois supérieur de présenter un symptôme dépressif que ceux qui ne connaissent pas cette situation. Ce risque est multiplié par 1,6 pour les personnes qui vivent des changements imprévisibles sans pour autant redouter de se retrouver sur le carreau.

.