L’insolente santé des sociétés coopératives

Pour les Scop, l’exercice 2017 s’inscrit dans la même tendance que les précédentes : à la hausse. Selon le rapport présenté ce 2 juillet par Confédération générale des Scop, elles ont créé l’an dernier 4 000 emplois supplémentaires (+7,6 %). Les structures existantes en ont généré 2400, le solde, soit 1600 jobs, est le faut d’entreprises nouvelles lancées sous le même statut. Globalement, depuis 2013, l’emploi a progressé de 19 % dans les Sociétés coopératives, en suivant une courbe positive continue.

Les créations ex nihilo représentent près de 200 de ces nouvelles coopératives et génèrent 21 % des emplois issus des créations de l’année. 55 coopératives ont été constituées dans le cadre d’une transmission d’entreprise saine (42 % des emplois générés par les créations 2017, soit un total de 660), 31 sont issues d’une transformation d’association ou d’autre type de coopérative (24 % des emplois) et 19, d’une reprise d’entreprise en difficulté (13 % des emplois).

 

Sur un an, le chiffre d’affaires agrégé, proche de 5 Mds € progresse de + 6,4 %. Les secteurs de l’industrie, de la construction et des services représentent à eux trois 82 % du chiffre d’affaires du mouvement. À noter, également, le dynamisme des Sociétés coopératives dans les secteurs de l’énergie & de l’environnement et du commerce. Elles enregistrent respectivement une croissance annuelle de leur chiffre d’affaires de 16,4 % et de 11,6 %.

« Les Sociétés coopératives poursuivent leur essor et leur développement. 300 Sociétés coopératives ont vu le jour et l’ensemble des Scop et des Scic compte désormais plus de 4 000 emplois supplémentaires », se félicite Jacques Landriot, président de la Confédération générale des Scop et président d’honneur du groupe UP dont il a été PDG pendant 23 ans. (photo)