Logement des intérimaires: le Fonds d’action sociale du travail temporaire s’implique

L’emploi en France repart (+11 % sur un an). Mais pour les travailleurs temporaires, souvent jeunes, perçus comme des précaires par les bailleurs, les problèmes de logement demeurent. Loyers élevés, garanties financières exigeantes, etc. Pour les épauler, le Fastt met son offre à jour.

Le fonds présidé par François Pinte propose un service de coaching individualisé. Les intérimaires peuvent bénéficier gratuitement des conseils d’un coach logement lors d’entretiens téléphoniques réguliers. Un diagnostic du projet de location ou d’achat de logement permet de formaliser les démarches à engager dans un plan d’action personnalisé. « Cette démarche permet aux intérimaires de confronter leur projet au marché, d’élargir leur recherche en activant toutes les sources de logements disponibles, enfin d’être épaulé pour convaincre un bailleur de signer le bail ou le contrat de vente », explique le Fastt. A cela s’ajoute un service de valorisation (gratuite) des candidatures intérimaires auprès de bailleurs particuliers, en partenariat avec un site internet spécialisé.

 

La panoplie inclut trois autres prestations. Primo, une assurance multirisque habitation à bas coût et à paiement échelonné. Secundo, une offre spécifiquement destinée aux travailleurs temporaires en mobilité ou en formation, afin de détecter rapidement les meilleures solutions de logement disponibles à proximité du lieu de la mission ou du stage. Tertio, un kit de candidature permettant de remettre directement un dossier complet dès le premier jour de la visite du logement visé, incluant la liste des pièces à fournir, une attestation d’activité, des modèles de courriers ainsi que des garanties financières délivrée par le Fast pour sécuriser les bailleurs.