Loi Travail : vives protestations de la CGT après les incidents qui ont émaillé les manifestations

Les manifestations contre le projet de loi travail, présenté en Conseil des ministres le 24 mars ont rassemblé des milliers de jeunes et de salariés. Mais les manifestations ont dérapé dans plusieurs grandes villes. À Paris notamment, des voitures ont été incendiées et 15 personnes interpellées en marge du cortège, selon la police qui déplore deux blessés parmi les siens.

 

De leur côté, les organisateurs dénoncent des violences policières. Une vidéo montrant un policier frappant un jeune tourne en boucle sur les réseaux sociaux. Ce 25 mars, la CGT a vivement réagi. Elle « condamne avec fermeté l’arrestation violente du jeune lycéen de l’établissement Bergson et la mise en garde à vue du secrétaire général de l’Union départementale CGT du Doubs ». La centrale de Montreuil estime que  « les pouvoirs publics doivent être les garants de l’État de droit et, avant tout, assurer la protection de chacun, qu’il exerce son droit à manifester ou à s’organiser. La vague de répression que subissent les militants syndicaux depuis des années prend de l’ampleur et a franchi une nouvelle étape ».

L’inspection générale de la police nationale (IGPN) a ouvert une enquête.